automn leaves
Ce journal est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes mortes ou vivantes n'est que purement fortuite
Ceci est une archive du journal et non pas le journal lui-mÍme.

Haut de la page

mardi 28 octobre 2003 à 12h09
intro
Une introduction, pourquoi faire" Pour se présenter. Très bien!

Tout d\'abord, babylon n\'est pas mon vrai prenom, c\'est etonnant et pourtant vrai. Ensuite 2003 n\'est la que parce qu\'il fallait mettre des chiffres dans son pseudo, sinon jamais je ne me serais affublé d\'un millesime. Je rassure tout le monde, j\'avais une vie en 2002, et j\'espere la continuer en 2004 et au dela.

Mais la, je dois aller vaquer a mes occupation, mon introduction sera donc inachevée, histoire de laisser un flou plus qu\'artistique.

babylon

Haut de la page

jeudi 6 novembre 2003 à 16h24
Histoire de cycles
....Et nous nommerons celle d'aujourd'hui: "histoire de Krebs 1er, terreur des etudiants touchants de pres ou de loing aux sciences naturelles". Parfois mieux vaut en rire qu'en pleurer.

Le plus dur des combats est a mon sens celui que l'on doit mener contre soi meme. Platitude ennuyeuse (pléonasme) mais bien trop vraie. Plus concretement, mon angoisse du moment se resume a un tres long cours de biochimie, ou comment se faire dominer par 21 (c'est précis) feuilles au format A4, noires de noms de composés chimique et de nom d'enzymes. J'essaie d'imaginer toutes ces kinases, deshydrogenases et autres decarboxylases comme autant de divisions d'une grande armée combattant pour un seul et unique idéal, la production d'energie, mais a peine ai-je reussi a saisir le sens global des reactions, qu'interviennent d'autres armées complementaires, dirigées par les empereurs Glycolyse, Pentose phosphate et Degradation des lipides. Et la mon histoire, deja un peu branlante, s'ecroule carrement, et on se retrouve avec une bouillie informe de termes scientifiques m'encombrant le cerveau. Berk.

Mon regard se retrouve alors inexorablement attiré par le carré de lumiere que constitue ma fenetre, je passe alors 1heure a admirer la couleur des arbres de mon voisin. Et je stresse.

L'aurai jamais cette foutue année!

babylon

Haut de la page

lundi 10 novembre 2003 à 15h42
histoire de compost
Depuis 2 mois deja, j'ai droit a un appercu quotidien de ce que dois etre un concert de britney spears, les chansons en moins, la chanteuse en moins. Ne reste alors que la foule compactée, chacun se plaignant de ne plus pouvoir respirer, mais poussant d'autant mieux vers l'avant pour essayer d'atteindre l'entrée. J'etais presente une heure et quart en avance, la porte a cedé sous le poids de la foule, et ma banane est retournée a l'etat de purée dans mon sac.

Bienvenue a la fac.

Je me demande de plus en plus pourquoi je ne suis pas allée en prépa, au moins les gens ne se battent pas pour les places. 1000 siege pour environ 1200 etudiants, sachant que vers le fond de l'amphithéatre, le bruit des carrés recouvre la voix du prof. C'est la lutte quotidienne pour avoir une place, la notion meme de "bonne" place est un reve que je ne fais plus, revenue a la triste réalité se resumant dans le fait que je refuse de prendre le bus passant avant celui de 6h30. Toute une préparation psychologique a deja ete necessaire pour me faire accepter de prendre le bus de 6h 30...Je fatigue rien que d'y penser.

Pour reussir ce putain de concours, il faut une moyenne de 10h de boulot par jours, cours compris. La aussi, je fatigue rien que d'y penser...Surtout que ma cadence baisse en ce moment, je glande, je glande et reglande, et ma vie sociale se resume a dire bonjour a mes voisins lorsque je les croise....Et pas le droit de se planter cette année, c'est ma derniere chance...Ma pile de cours m'attendant a mon bureau, mais le moral baisse....
Et pire que tout, je n'arrive meme plus a me remotiver...un mars, et ca repart meme pas....

vais m'flinguer (apres avoir fait exploser mon amphi....tout un programme...)

Haut de la page