Calvin sans Hobbes
Je ne sais pas qui je suis, mais je sais que je suis.
Ceci est une archive du journal et non pas le journal lui-mÍme.

Haut de la page

mercredi 14 mai 2003 à 13h13
Calvin, enchanté de vous rencontrer
Bonjour à tous!

Calvin est mon pseudo, bien entendu. J'essaie veinement de comprendre comment tourne le monde en général, et mon entourage en particulier. Je me demande souvent quelles sont les motivations des gens à agir à leur manière. La diversité de la conscience humaine n'a pas de limite. Je n'aurai donc jamais de réponse complète, peut-être même pas approximative. A vrai dire, même les méandres de mon propre cerveau me jouent encore des surprises.
Une société où chacun respecte tout le monde, voilà mon rêve utopique. Pourtant c'est la base de tout pour construire ensemble de grandes choses. Le jour où quelqu'un trouvera la clé du cheminement des pensées, qu'elles soient malveillantes, généreuses ou peu importe, l'humanité aura un fait un grand pas. Armstrong n'a plus qu'à bien se tenir.

Haut de la page

jeudi 15 mai 2003 à 10h19
Respect
Hier, je parlais de respect mutuel. C'est beau de faire la morale aux autres, mais est-ce que moi-même j'applique ces belles paroles? Après un sondage en profondeur, il y a 3 personnes dont je me souvienne que je ne respecte plus. Ce n'est pas faute de leur avoir donner leur chance. J'avais la naïveté de penser que leurs actes abjectes n'étaient que des faits isolés, que ça leur passerait, que je les interprètaient mal. Mais au fil des mois, des années, leur comportement restait inchangé. Il y en a 2 que je ne cotoie plus, le troisième sans doute encore pour quelques temps. Je plains sincèrement ces personnes. A moins de n'avoir aucune sensibilité, ils doivent être profondément malheureux à force de finalement toujours se faire rejeter par tout le monde. Ce qui justement me dérange le plus en eux, c'est leur irrespect total envers tout ce qui les entoure, sans aucune remise en question apparente.

Il y en a un qui considérait les hommes comme ses serviteurs et les femmes comme ses jouets. Il nous venait en droite ligne du Congo. Différence de culture? Je ne pense pas, car ses semblables n'agissaient pas comme lui. Le second est un des mes anciens patrons. Il faisait du harcèlement moral à ses employés, sauf à ses chouchous, et n'en faisait qu'à sa tête, sans aucune condidération pour les conséquences néfastes de ses décisions pour l'entreprise. Il s'est fait virer par le conseil d'administration. Le troisième se moque constamment de tout le monde, fait de remarques blessantes. Même dans les moments les plus solennels qui ne lui appartiennent pas, quand par exemple une connaissance demandait la main de sa compagne.
Si ces personnes étaient confrontées entre elles, comprendraient elles les dégâts qu'elles causent autour d'elles?

Haut de la page

vendredi 16 mai 2003 à 14h31
Les songes d'un bébé?
De quoi rèvent les bébés? Nul ne peut le dire. Même pas eux, vu qu'ils ne parlent pas. Même les enfants en bas âge sont bien incapable de nous éclairer, car ils acquièrent la notion de temps (hier, aujourd'hui, demain) que vers 4 ou 5 ans. Il semblerait même que les mimiques produites par les jeunes nourrissons soient innées. Pourtant, quand un bébé est encore dans le ventre de sa maman, des mouvements sont créés par ses rêves. Mais il rèves de quoi??? Il n'a jamais rien vu, ni même respiré! Tout au plus entend il quelques sons, et il est balloté à gauche et à droite. Quand on sait qu'il dort environ 20h par jours, ses 'nuits' doivent être palpitantes... Pas étonnant qu'il se lasse de cet endroit et veuille venir nous dire un petit bonjours le temps d'une vie.

Haut de la page

samedi 17 mai 2003 à 20h04
Naturel
Je repproche souvent aux gens de ne pas être naturel. Par exemple, entendre parler les hypocrites me font hérisser le poil. Leur sourire niaiseux, suivi du coup de couteau dans le dos une fois celui-ci tourné m'écoeurent. Le pire, c'est qu'ils s'imaginent qu'on ne les remarque pas. Je suppose qu'ils sont un peu limité cérébralement, car on se doute bien que si ils se comportent de cette manière avec les autres en notre présence, ils agissent de la manière manière sur notre compte en la présence des autres.

Pourtant, une certaine dose de diplomatie est primordiale pour entretenir de bonnes relations durables. Il nous faut donc forcément retenir un partie de nous. D'ailleurs, souvent, quand on se rapproche de nos connaissances, et qu'un jour il y a une crise éclate, et qu'on s'exprime sans retenue, le repproche 'Ah, te voilà sous ton vrai visage' sort souvent. Paradoxal non? On repproche à quelqu'un d'être lui-même.

Ce qui empêche aussi aux gens d'être naturel, c'est l'éducation. Au plus celle-ci est stricte, au plus la personne en face de nous sera conforme à ce qu'on peut attendre d'une personne 100% civilisée (cela diffère évidemment suivant les régions). Heureusement d'ailleurs que la crise d'adolescence intervient, pour remettre un peu de 'vrai' dans leurs comportements.

Et c'est pourquoi on retrouve les 2 derniers mots du titre de mon journal. Je ne ferai aucune concession par rapport à ce que je pense vraiment. Je ne mettrai aucun filtre. Toute la journée, il faut faire attention à ce que l'on dit, pour ne pas blesser l'un, pour ne pas choquer l'autre. Sur le web, il y a encore moyen de s'exprimer librement, sans trop de conséquences fâcheuses. Pourvu que ça dure...

Haut de la page

dimanche 18 mai 2003 à 15h52
Naturel (2): exemple pratique
Puisque je que prône le naturel, je vais montrer l'exemple et m'appliquer tout de suite. Evidemment, c'est moins évident par écrit. *grattage de la couille gauche* Surtout que vous ne me voyez, ne m'entendez et ne me sentez pas. *pêt sorore et puant, espérons que ma femme passe dans les parages qu'elle puisse aussi en profiter* C'est peut-être mieux, finalement. *fouilles archéologiques dans la narine droite* Pourtant, on dit "chassez le naturel, et il revient au galop", donc vous finirez bien par vous apercevoir quel genre d'homme je suis. *victoire, je l'ai eue, la crotte de nez récalcitrante. Il était temps, c'est fastidieux de taper d'une seule main. Ciblage de la poubelle. Zut, à coté. Tant pis.* Mais comme nous ne sommes de toute façon pas amenés à nous rencontrer, et qu'en plus nous cachons nos identités, cela vaut-il la peine que je me montre sous mon vrai jour? *Regrattage de la couille gauche* Cela briserait le charme du mystère, non?

Haut de la page

lundi 19 mai 2003 à 10h53
Naturel (3): devant un public
Le naturel démontré hier était celui que peu de gens ont la chance de connaître: ma femme et moi. Vous avez donc eu droit à une quasi-exclusivité! Et encore, ma femme m'a désappris de pratiquer mes exercices de tire à la crotte de nez (ou rééduquer, c'est comme vous voulez). Une éducation stricte n'a pas que des torts: imaginez que tout le monde jette ses crottes de nez partout, ou pire, ses chewing gums, voir même ses déchêts ou ses mégots. Il est évident que je me comporte différemment en public. Vous aussi, et c'est normal, c'est la conséquence du matraquage continu que nos parents nous ont inculqué durant notre jeunesse (notez que pour les hommes, c'est sa femme qui reprend le flambeau). Le trac aussi nous joue des tours lorsqu'on se produit devant une audiance. Pourtant, sur le web, on se sent assez à l'aise, malgré les quelques centaines de millions de personnes susceptibles de nous lire.

Je vais donc vous répéter mon texte d'il y a 2 jours en prenant en considération que j'ai en face de moi une salle bondée de curieux plus ou moins attentifs:

*gène, stress* Je repproche souvent aux gens de ne pas être naturel. *mains moites, je ne sais pas où les mettre* Hum, c'est vrai quoi, ce n'est pas bien! *rougissement du visage* Mais bon, il y a l'éducation et les machins comme ça. *début de grattage de la couille gauche, arrêt brutal du mouvement, placement de la main coupable en poche* Mais bon, après tout vous faites ce que vous voulez hein? *'tain, je ne sais plus où je voulais en venir* Alors soyez naturels, sinon vous ne l'êtes pas! *ouais, je m'en suis bien sorti* Desquestionsnon?merciaurevoir *soulagemment, léger sentiment d'avoir loupé le truc, certitude d'avoir eu l'air con*

Haut de la page

mardi 20 mai 2003 à 09h48
Naturel (fin?): ébauche de conclusion
Finalement, après relecture de mes 3 derniers écrits, je ne sais plus trop ce que veux dire "être naturel", vu que de toute façon, on change notre comportement suivant la situation dans laquelle on se retrouve. Je pense que pour moi, être naturel, c'est ne pas porter de masque, ne pas être faux, ne pas jouer de rôle, exprimer ce que l'on ressent et non l'opposé. Il est certain que dans le business, ça ne sert à rien. C'est même l'idéal pour ne pas réussir quand on voit ceux qui arrivent au sommet. Ces gens là ne laissent rien transparaître. Impossible de savoir ce qu'ils pensent. Quand ils sourient, ça peut aussi bien dire "t'es mort" que "je t'aime bien" avec les paroles inversées aux pensées. C'est justement ce qui me perturbe. En fait, être faux, c'est la personnalité de certaines de ces personnes, c'est leur état naturel.

Hum, il va falloir que je revois ma définition. J'ai la sensation d'avoir reculé. Bah, je ne suis pas pressé.

Haut de la page

mercredi 21 mai 2003 à 07h59
Parler d'ma vie
Comme ce que j'écris est un journal intime, je vais tout de même un peu vous décrire ma vie telle qu'elle est actuellement. Pour l'instant, je me situe en plein coeur de la tempête de changement qui m'emporte. Le premier a eu lieu il y a 2 semaines. Ma femme et moi déménagions de notre appartement à Bruxelles dans la maison que nous avons fait construite en Wallonie, à 40 kilomètres de la ville. Après plusieurs années passées dans la capitale, quel dépaysement que de se retrouver à la campagne! Le second changement eut lieu le lendemain: nous avons réceptionné notre nouvelle voiture. Le troisième doit avoir dans quelques jours: notre couple accueillera un nouveau petit membre pour former une famille. Sa venue est imminente, ce qui me motive à sprinter pour préparer la maison du mieux que je peux. Enfin, le dernier est mon nouvel employeur. Je me rapproche sensiblement de la maison. Je débuterai début juillet. En 2 mois, chacune des mes habitudes sera bousculée pour me créer une nouvelle vie, celle que j'ai toujours désirée. Dans 10 ans, je vous raconterai si tous ces efforts en valaient la peine.

Haut de la page

vendredi 23 mai 2003 à 09h19
Emilie
Notre petite Emilie a vu le jour ce 22 mai à 23h07, pèse 3,5kg et mesure 50cm. Elle salue d'emblée par un Areuh bien appuyé! Tout le monde va bien, juste un peu de sommeil à rattraper!

Haut de la page

lundi 26 mai 2003 à 23h10
Hauts et bas
Jusqu'à présent, tout va bien avec notre petite puce. Elle a des coliques, parfois un hocquet bien appuyé, mais rien de bien grave. Ma femme, par contre, est en plein 'post partum blues'. Elle s'est effondré plusieurs fois en larmes aujour'hui. Ses hormones doivent se remettre en place. Mais à cause de ça, elle est en train de baisser les bras pour l'allaitement de notre fille. Le lait ne monte pas. La césarienne n'a pas aidé dans ce sens. Demain, elle doit prendre une décision, car les médicaments à prendre dans ce cas doivent être pris dès maintenant.

L'allégresse des 2 premiers jours est déjà bien retombée. Les nouveaux soucis liés à notre petite fille s'accumulent déjà. Notre instinct doit vraiment être très fort pour vouloir nous compliquer la vie à ce point.

Mais là tantôt, avant de rentrer à la maison, nous étions à 3. Pas de visiteurs, pas d'infirmières. J'avais pris notre petite Emilie dans les bras, face à nous, assise sur ma jambe. Ma femme et moi étions assis dans le lit à la contempler. Elle avait un hoquet qui ne voulait pas s'en aller. On riait de bon coeur des petites mimiques qu'elle tirait à chaque hoquetement. C'est le premier vrai moment passé en famille depuis la naissance. C'était vraiment agréable.

Finalement, notre instinct avait peut-être raison...

Haut de la page

mercredi 28 mai 2003 à 23h15
Biberonner
Finalement, ma femme a décidé d'arrêter d'allaiter. Ca ne s'améliorait pas vraiment, que du contraire... Son moral ne cessait de baisser. Maintenant la décisoin prise, elle se sent mieux dans sa tête. Il vaut mieux que celle-ci suive pour que le reste aille bien.

Demain, mes 2 femmes rentrent à la maison. Enfin, une rentre et l'autre la découvrira pour la première fois. Ca me fait vraiment une impression bizarre. Je commencais à m'habituer à l'avoir pour moi toute seule! ;)

Haut de la page

lundi 2 juin 2003 à 08h55
Arnaque???
"Elle est morte". Rassurez vous, il ne s'agit pas de ma fille, ni de ma femme. C'est le message que cette dernière a reçu d'un de ses collègues il y a quelques jours sur son portable. D'abord, on a cru qu'il s'était trompé de destinataire. Ensuite notre franc est tombé. Le 'elle' parlait de la femme qu'il avait rencontré. Il en était vraiment déprimé et voulait se confier à quelqu'un. J'ai encouragé me femme à faire sa bonne action de la journée en lui téléphonant. Elle ne le porte pas dans le coeur, car il est assez rustre avec elle. Avec tout le monde en fait, ce qui lui vaut de ne pas avoir assez d'ami. Il ne sait pas avoir beaucoup de support de ses parents non plus, car sa mère est décédée depuis bien longtemps, et son père ne pense qu'à ses bouteilles d'alcool. Là où ma femme a fait un excès de zèle, c'est quand elle lui a proposé de passer chez nous pour en parler. Il s'est donc pointé chez nous samedi. Il était encore assez déprimé et ne disait pas grand chose. On a su quand même tirer quelques infos par rapport à l'affaire. Cette fille l'a contacté il y a un peu plus de 3 semaines suite à une annonce qu'il a placé dans un journal. Depuis, chaque soir, ils se téléphonent. Le contact passait très bien. Ils en sont même venu à parler nom de bébés, c'est dire! Il y a peu, ils se sont échangés leurs photos. Il semblerait qu'ils avaient déjà décidé qu'il irait dans les plus brefs délais emménager chez elle!! Leur première rencontre 'physique' devait avoir lieu il y a quelques jours. Seulement, ce jour là, elle meurt dans un accident de voiture. Elle n'est pas en tort, donc ce n'est pas un suicide. Je le précise car elle avait laissé une lettre au collègue de ma femme qui portait à croire qu'elle savait qu'elle sentait qu'elle allait mourir, qu'elle lui demandait de rester en contact avec son frère (c'est d'ailleurs lui qui lui a porté cette lettre), qu'elle ne voulait pas qu'il assiste à son enterrement.

Mouai.

Soit c'est vraiment une histoire loufoque avec des participants légèrement décalés, soit c'est une arnaque dont je me demande bien qu'elle en est le but (extorsion: il y a peu à en tirer, quoiqu'on dirait qu'il va payer des fleurs pour l'enterrement; affaiblissement moral pour le faire craquer et adhérer à une secte?(avec la réapparition miraculeuse de la fille...)), soit elle a mis sa mort en scène une fois qu'elle a vu sa photo, mais pourquoi avoir demandé de rester en contact avec son frère?

Haut de la page

vendredi 6 juin 2003 à 17h21
Arnaque!!!
Finalement, c'était de l'arnaque! Il a appellé la police locale, et il n'y avait aucun accident meurtrier signalé dans la région à ce jour là. De plus, le nom du soi-disant frère était faux! Je me demande vraiment à quoi ils voulaient en venir, à part soutirer de l'argent pour les fleurs... Mais la débauche d'effort pour en arriver là est assez impressionnant: un coup de téléphone tous les jours pendant 3 semaines... Ca me dépasse.......

Haut de la page

jeudi 12 juin 2003 à 20h05
Cliché instantanné
Confortablement assis devant le poste de télévision, je zieute les Simpsons sur ClubRTL (zut, c'est juste fini), un paquet de chips posé à ma droite. Ma femme est installée encore un peu plus à ma droite. Mon (très) vieux laptop sur les cuisses, je surfe distraitement sur les vagues du net, avec notre toute nouvelle connexion ADSL. Le soleil descend à son aise pour aller se coucher dans quelques minutes dans le fond du jardin, où la pelouse pousse paisiblement. A l'étage, notre petite Emilie fait son dodo d'entre 2 biberons.

Que demander de plus?

smile.gif

Haut de la page

jeudi 19 juin 2003 à 11h10
Fierté d'être fonctionnaire?!
J'ai entendu, il n'y a pas si longtemps, qu'en France, être fonctionnaire est bien vu. Que de travailler pour l'Etat, pour son Pays, c'est une fierté. J'ai même entendu que le public paie mieux que le privé. Je dois bien admettre que j'étais fort surpris d'apprendre cela.

Pourquoi? Parce qu'en Belgique, quand on dit qu'on est fonctionnaire, on va obligatoirement se faire railler. Etre fonctionnaire ici, c'est se faire taxer de fainéant, sans disctinction. En fait l'exlamation, "Espèce de fonctionnaire!" est une injure ici. Il faut bien admettre que le taux de fainéants dans les ministères est plus élevé que dans le privé. Mais dans le privé AUSSI il y en a de tous les côtés. Dans les 2 entreprises dans lesquelles j'ai passé quelques années, le constat est sans appel. Seulement on ne peut rien faire contre une réputation.

Cette réputation est tellement ancrée dans la tête des gens que de passer du public au privé après quelques années passées au service de l'Etat est presque mission impossible.

Le premier juillet, je deviens fonctionnaire. Enfin, pas tout à fait car je n'aurai pas le statut. Mon contrat sera à peu près le même qu'un contrat privé. C'est la mode ces dernières années, ça leur coute moins cher en pension.

Je me demande d'où vient une telle différence de mentalité entre la France et la Belgique à ce sujet. Je pense que cela provient de la fierté nationale. Ici, on est pas vraiment fier d'être belge. Cela provient sans doute de la gueguerre linguistique entre les flamands et les wallons. Comme elle divise la Belgique en 2, je ne vois pas comment on pourrait être fier du tout. Bah, de toute façon, ces frontières sont fictives et ne sont que l'héritage de milliers d'années de guerres entre quelques tyrans et barbares assoifés de pouvoir. Savez vous que les 9 provinces belges (province=département) ont été dessinées par la France du temps où la Belgique n'existait pas encore? Notez que la provine du Brabant a été divisée en 2 il y a quelques années. On a maintenant le Brabant Wallon et le Brabant Flamand (enfin, la dénomiantion officielle est Vlaams Brabant).

Haut de la page

mardi 8 juillet 2003 à 16h27
Ma pelouse...
... me crée des soucis. Oh bien sûr, rien de bien grave dans l'absolu. Je pourrai continuer de vivre sans qu'elle soit tip top. Mais là, quand même, ce n'est pas amusant. J'avais fait venir quelqu'un en black, car je ne possède pas les machines adéquates pour les travaux du genre retourner la terre. Quand il a eu fini, on a attendu que ça pousse. Et ça a poussé. De l'herbre par-ci, de l'herbe par là, et partout des mauvaises herbes. C'est d'un laid. "Ca partira avec la tonte de votre pelouse" qu'il me disait lorsque je protestais fébrilement au début. 2 tontes plus tard, plutôt que de diminuer, le nombre de plantes indésireuses a encore augementé. De plus, on avait parlé d'applanir le terrain. Pourtant, quand je passe avec la tondeuse, j'ai l'impression de faire du rodéo avec celle-ci. Hier, j'ai retéléphoné à ce gars, et cette fois-ci, j'ai fait preuve de plus de détermination. On devrait s'arranger pour qu'il passe avec un rouleau, et je vais négocier pour qu'il me file un déherbant sélectif de fermier. Je ne vois pas l'intérêt de tout le cinéma qu'il a fait pour traiter notre pelouse et arriver au résultat actuel... Sans doute pour justifier le montant duquel il m'a volé.

Haut de la page

mercredi 16 juillet 2003 à 10h31
Attaque de photons
Il fait une chaleur torride en Belgique. De plus, l'humidité relative élevée de nos contrées rend ce climat encore plus insuportable. Finalement, je ne suis pas si perdant que ça en étant bloqué dans ces bureaux.

Je me rappelle, lorsque j'étais enfant, toutes ces heures où je scrutais impatiemment le ciel, ou plutôt ce qui l'encombrait. Je le priais d'arrêter ses crachotements interminables. Il tombait une pluie fine durant des heures interminables. J'étais bloqué, tel un lion en cage, dans ma chambre. J'avais des piquotements dans mes jambes, tant elles avaient besoin de se dépenser.

Les vieux nous diront que la météo n'est plus ce qu'elle était. Peut-être ont ils raison. Depuis quelques années, ces petites pluies caractéristiques à notre pays semblent disparaître. Maintenant, il n'y a plus de demi-mesure: soit il pleut à torrent, soit il fait un soleil d'enfer. Cette impression doit venir du fait que mes souvenirs sont tronqués...

Haut de la page

jeudi 17 juillet 2003 à 10h36
Matthieu [20-1]
Quand j'étais petit, mon père m'emmenait chaque semaine à l'église. Pendant quelques années, jeunesse et naïveté m'ont fait croire dur comme fer tout ce qu'on m'y racontait. Avec les années, mon esprit est devenu plus critique. De plus, le côté cartésien et scientifique de ma scolarité m'ont fait changé d'avis sur presque tout ce qu'on essayait de nous faire enfoncer dans le crâne à coups répétitifs. Les premières choses qui m'ont dérangées, c'est qu'il faut tout accepter sans comprendre. Il faut avoir la foi, qu'ils nous disent. C'est un peu facile je trouve. Si je leur dis que je suis leur dieu, et qu'ils n'ont qu'à avoir la foi, c'est bizarre mais ça ne marche pas.

En fait, aujourd'hui, je voulais casser du sucre sur cette phrase qui m'a TOUJOURS dérangée: "les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers". C'est carrément de la propagande à la Bush! Ca ne tient pas la route! Et les 2èmes, ils restent 2ème? Et les derniers une fois premiers, à quel moment décide-t-on qu'ils ont été assez premier pour qu'on les rétrograde à la dernière place?

Cela dit, je m'étais dit que je me trompais peut-être et quand dans son contexte, cette phrase tenait la route. Je me suis renseigné, hé bien, dans son contexte, c'est encore PIRE!!! Ca parle de payer autant ceux qui travaillent 1h et ceux qui travaillent toute la journée! Est-ce la bible qui a inspiré Karl Marx??? La morale de cette histoire, c'est qu'autant arriver tard et peu travailler, de toute façon on est pas mieux payé que si on travaille beaucoup.

Evidemment, Matthieu nous disait que si on arrive tôt ou tard au près de son dieu, on aura le même traitement. Donc, maintenant en calomniant, je ne risque rien. Au cas où, juste avant ma mort, je me repentirai. On ne sait jamais.

Note de l'auteur: certains passages de ce texte sont à prendre au second degré et n'a pas été écrit dans le but d'offenser qui que ce soit. Je m'en excuse si ça a été le cas.

Haut de la page

jeudi 17 juillet 2003 à 20h34
Aglaia nous prend pour des c***
Au début, j'appréciais bien Aglaia. Mais au fil du temps, son ton hautain a commencé à me gêner. Ce qui a eu le don de m'irriter, c'est qu'elle se fait passer pour une innocente dans son journal, alors que dans les divers forums où j'ai pu lire ses commentaires, elle était tout sauf particulièrement sympa. En fait, son ambition démesurée me fait plus penser à celle d'un mec en manque de pouvoir qu'une fille 'normale'. Vous ne pouvez pas savoir à quel point son site est optimisé pour être bien classé dans Google. Chaque lien interne, chaque nom de page ont été étudié pour avoir une incidence favorable. Ce n'est rien de mal, certes, mais cela prouve bien qu'elle écrit son journal pour avoir du succès, et non comme simple hobby. (pour ceux qui ont des doutes, allez jeter un coup d'oeil sur http://www.webrankinfo.com/ et faites une recherche sur aglaia). Quand j'ai appris que son journal était fictif, je n'ai pas été étonné plus que ça. Je dois par contre avouer que je suis surpris qu'elle l'ait annoncé elle-même.

Juste en dessous, je vous glisse 2 passages de son article suivant la fameuse annonce. Le succès a du lui monter à la tête, ce n'est pas possible autrement.

"Moi, Aglaia, je pourrais par exemple tenir un faux journal intime sur le web. Et j'aurais des dizaines de lecteurs, puis des centaines, puis des milliers. Et un jour, par exemple au bout de dix ou onze mois, je révèlerais la vérité. Je recevrais une quantité industrielle de mails. Les plus intelligents me diraient que ça ne change rien. D'autres se comporteraient comme les enfants à qui l'on apprend que le Père Noël n'existe pas : "Quoi ? Mais non c'est pas vrai ! Dis moi que tout ce que tu as écrit était vrai !" Et d'autres encore : "Je t'ai viré de mes favoris, je ne te lirai plus jamais". M'insultant au passage, oubliant que c'est tout de même moi qui ai écrit ces textes qui les ont fait rire et pleurer au fil des mois..."

"Elle est partie contente, croyant fermement à mon mensonge comme quoi ce petit chien était bien vivant, et bel et bien le petit frère de mon Adonis. On leur fait croire tout ce qu'on veut, aux enfants..."

Haut de la page

vendredi 18 juillet 2003 à 11h58
La dernière heure des critiqueurs
Vous n'avez pas remarqué qu'il y a des gens qui critiquent sans jamais s'arrêter? Non mais, franchement, pour qui ils se prennent ceux là! Est ce que je me permets de les critiquer? Non monsieur, pas le moins du monde. Je respecte parfaitement leurs opinions ou leur façon de faire. Comme toi qui me lit, j'en suis sûr. Alors par pitié, faites les taire ces sagouins, qui nous plombent l'ambiance avec leurs remarques dont on a que faire. Je vous jure que le prochain qui me fait une critique, je lui ferai avaler son chapeau. Car souvent, ces enquiquineurs portent un ridicule petit chapeau hexagonal. Déjà la forme est ridicule, mais alors les couleurs qu'ils choississent, mon dieu, c'est à croire qu'ils le font exprès. Je faire des efforts pur ne pas pouffer de rire quand je les croise.

Et les gens qui parlent dans le dos des autres, je vous en ai parlé???

Note de l'auteur: ce texte est 100% à prendre au second degré. Je m'excuse d'avance auprès de toutes les personnes qui portent des chapeaux hexagonaux aux couleurs originales.

Haut de la page

samedi 26 juillet 2003 à 15h51
Avec quoi ramasse-t-on de la papaye?
Avec une foufourche! biggrin.gif

C'était plus fort que moi. Et vous, ça va?

Haut de la page

samedi 26 juillet 2003 à 15h53
Ceci n'est pas un article
... aurait pu dire Magritte s'il avait connu le web. Aurait-il eu le même succès?

Haut de la page

lundi 11 août 2003 à 19h43
Ma pelouse (2)
Pour ceux que ça intéresse, c'est à dire ma femme et moi-même, voici un bref résumé de l'évoution de ma pelouse sujette à une attaque massive de mauvaises herbes.

Le jour de la 3ème tonte, la tondeuse ne voulait plus démarrer. J'avais cru bien faire de la nettoyer, mais pour ce faire, je le retournais à 90°, ce qui faisait couler l'huile un peu partout. No problemo, je me renseigne pour les réparateurs de tondeuse dans le coin. Il y en a 3. Le sort s'acharne sur moi car il fallait qu'ils soient tous en congé! J'attends donc le début de la semaine suivante. Ils gardent la tondeuse 3 jours juste pour remplacer le filtre! Argh! Le soir de la récuparation et le lendemain, j'avais mes soirées occupées. Bref, les mauvaises herbes ont eu près de 3 semaines pour pousser à qui mieux mieux. Certaines faisaient déjà 40cm de haut! Un désastre! Ce soir là, j'ai tondu mon gazon 2 fois d'affilée pour dégrossir l'affaire. Mon tas de compost était immense! Depuis, c'est la sécheresse ici. J'en profite pour leur mener la vie dure. J'ai tout aspergé avec un désherbant sélectif hyperpuissant. Tu parles Charles, ça ne fonctione qu'à moitié. Juste par saddisme, j'ai tondu ma pelouse en plein soleil de midi. Elle a du mal à s'en remettre. J'espère que les mauvaises herbes aussi. Il parait que la première année, elles sont plus vigoureuses. J'espère que c'est vrai! En tout cas, il y a des zones assez étendues où elles sont plus étendues que les 'bonnes' herbes... Et dire qu'il faut idéalement attendre 1 an pour appliquer de l'engrais sélectif. Enfin, après tout ce que j'ai déjà fait comme bêtises, vous me direz que je ne suis plus à ça près...

Haut de la page

mercredi 13 août 2003 à 15h41
Médiocrité, quand tu nous tiens...
J'avoue ne pas avoir de temps pour écrire dans ji.com ces dernières semaines, et le futur proche ne m'en réservera pas d'avantage. Pourtant, j'adore écrire, soyez en sûr. Certes, je n'ai pas le talent de Fifi <http://mon.journalintime.com/fifi>. Cela ne m'empêche pas de vouloir m'exprimer de cette façon au monde entier! Ce que j'adore par dessus tout, c'est faire réagir les gens. Mais je sais bien qu'en parlant de ma pelouse, je ne risque pas d'avoir beaucoup de réactions ;) Pour attirer le monde, il faut un titre accrocheur, original. Je le vois bien dans mes stats. Mais attirer le lecteur, ce n'est pas suffisant, car si le contenu ne suit pas, personne ne revient. Et comme dans ce journal, ça part dans tous les sens, je ne m'étonne pas que personne ne revienne.

Bon, plutôt que d'écrire d'autres bêtises, je ferais bien de m'occuper de mes barrières qui délimiteront mon tas de compost.

Haut de la page

samedi 16 août 2003 à 17h16
Mon jardin (3)
Vous noterez que j'ai échangé le mot 'pelouse' trop réducteur par le mot 'jardin' plus généraliste.

Aujourd'hui, je suis allé chercher la tarrière. C'est une sorte de grosse foreuse qui sert à faire des trous dans la terre. C'est utile quand on en a un certain nombre à faire. Demain, on devait placer la cloture, ce qui me fait une bonne quarantaine de trous.

De retour à la maison, j'essaie donc cette tarrière. Comme la terre est dure comme du béton à cause de la sécheresse, je devais appuyer fort. Le manche de gauche semblait descendre petit à petit. Je m'arrête et je regarde: la soudure d'une précédente cassure était en train de lâcher. Je téléphone au gars, je râle un peu, je téléphone à son collègue: pas de tarrière disponible, je rends la tarrière cassée et me voilà devant cet écran. Pourquoi ça ne veut jamais réussir du premier b*rd*l d* m*rd*!?!?

Comme il va pleuvoir de la semaine, j'ai remis la pose des piquets au week-end prochain, en espérant que le sol soit plus meuble.

Haut de la page

dimanche 17 août 2003 à 11h09
Monde parallèle
Tout est éphémère. Tout ce qui est créé n'a que la destruction comme issue finale. Rien n'est éternel, même pas le temps. Dans la vie réelle, il avance inexorablement, variable en toute place de l'univers. On mesure le temps avec une horloge, mais on sait qu'il existe parce que l'on vit. Si le temps s'arrêtait, cela signifierait il la mort ou la vie éternelle?
Qu'en est il dans ce monde parallèle qu'est internet? Chacun vit-il seul, à son rythme, dans son propre espace temps? Peut-on dire que le net est le lien de tous ces univers séparés? Comme expliqué dans Matrix, nous vivons dans le monde que notre conscience percoit. Les lettres affichées sur mon écran définissent le sens de ce monde, les images en sont le décors. Mais qu'en est il du temps? Lorsque que je parle à quelqu'un dans la réalité, nous pouvons mesurer la durée de la discussion en prenant comme repère son début et sa fin. Lorsque celle-ci se déroule par e-mail, que les consciences se rencontrent avec un délai de retard, comment mesurer?

Haut de la page

lundi 18 août 2003 à 09h53
L'éphémère du web
La notion de l'éphémère sur le web est encore bien plus marquée que dans la réalité. Un exemple facile: se faire des vrais amis dans la réalité prend des mois, voir quelques années, alors que sur le web, il suffit de quelques semaines, quelques e-mails ou quelques heures de chat. De même, sur le net, il ne suffit parfois que d'une étincelle pour que tout casse. Un virus informatique fait le tour du monde en quelque heures, heureusement qu'il n'en est pas de même avec les virus humains! Ce qui est bizarre, c'est qu'on est présent sur le web qu'épisodiquement. Est-ce justement cet état d'attente qui trotte continuellement dans le fin fond de notre conscience qui cause cette accélération des rapports? On s'extasie et se lasse plus vite de tout. Peut-être aussi ce sentiment de liberté, notre pseudo-anonymité et le fait que l'on puisse exercer à notre aise toute notre lâcheté sans trop perdre la face aident à abonder dans ce sens.

Haut de la page

mardi 19 août 2003 à 13h55
Le web technique
On peut comparer le fonctionnement du web avec l'envoi d'un courrier international. Imaginez que vous voulez commander un poster au Brésil qui fait 10 mètres sur 10 mètres mais que vous n'êtes autorisé qu'à envoyer et recevoir des paquets de format A4. Vous envoyez votre demande par la poste (le facteur vient chercher votre courrier dans votre boîte aux lettres). Votre poste locale ne sait pas envoyer votre courrier au Brésil mais par contre elle sait que la poste centrale du pays le peut. La poste centrale du pays ne sait pas non plus envoyer votre courrier à l'adresse précise mais par contre elle connait l'adresse de la poste centrale du Brésil. De la poste centrale du Brésil, on joint la poste locale du destinataire, et enfin votre destinataire recoit la demande. Pour honorer votre commande du grand poster, votre destinataire va découper le poster en morceau de taille A4, et chaque paquet refera le même chemin jusque dans votre boîte aux lettres, mais le poster sera d'abord reconstitué petit à petit à la poste locale. Imaginez maintenant que vous ne connaissiez que le nom de votre destinataire. Il faudrait alors que la poste recherche pour vous l'adresse.

Une adresse, la vôtre ou celle de votre destinataire, sont représentées par des adresses IP. Vous ne connaissez pas l'adresse IP du serveur web (le destinataire), c'est le service DNS qui la recherche pour vous de manière transparente à partir du nom que vous tapez dans votre navigateur (par exemple mon.jounalintime.com). La poste locale, c'est votre ordinateur et la boite aux lettres est votre navigateur. Les postes centrales sont les routeurs qui distribuent les paquets. Les facteurs sont les câbles. La page web (ou les e-mails ou tout ce qui passe par le câble) est représentée par le poster. Ceux qui possèdent l'ADSL, c'est comme si ils avaient à leur disposition plusieurs facteurs à la place d'un seul pour aller plus vite.

Vous possédez votre propre adresse IP. Elle est présente dans tous les paquets qui quittent votre pc. Votre fournisseur d'accès, qui voit tout le trafic passer, en garde une trace en cas de litige. Vous l'avez maintenant peut-être compris: l'anonymat sur le web n'existe pas.

Haut de la page

vendredi 22 août 2003 à 08h37
Mon jardin (4)
Hier, j'ai installé les barrières qui entourent le tas de compost qui se trouve dans le fond du jardin. A l'époque où je l'avais débuté, j'avais fait un trou dans la terre, et j'avais laissé la terre à côté du trou. Seulement la cavité s'était avérée bien trop petite. Résultat, l'herbe recouvre aussi le monticule, ce qui donne une impression surdimensionnée du compost réel. Hier, j'ai décidé de retiré cette terre excédentaire. J'ai donc du d'abord évacuer l'herbe qui la recouvre. Quelle odeur nauséabonde! Avec le vent, on la sent sur plus de 10 mètres! Dimanche, je recoucrerai tout ça de gazon d'une nouvelle tonte, en espérant éliminer ces flagellances herbesques...
Pour creuser les tranchées dans lesquelles se sont placées les barrières, ça n'a pas été aussi facile que prévu. Ca fait près d'un mois maintenant qu'il ne pleut plus ici. En début de semaine, on a bien eu un jour de plus, mais à vrai dire, au niveau de la terre, c'est comme si il n'y avait rien eu. Ce n'est donc pas une bêche que j'aurais dû avoir, mais une pioche! J'avais beau mouiller la terre, ça ne m'aider que sur 1 ou 2 cm... Il m'a fallu plus d'une heure pour bêcher quelques malheureux mètres, alors qu'en temps normal ça m'aurait pris quelques minutes!
J'ai donc réannulé la pose des piquets de la cloture ce week-end et cette fois-ci, avant de prévoir quoi que ce soit, je vais attendre qu'il pleuve plusieurs jours sur une courte période...

Haut de la page

dimanche 28 septembre 2003 à 10h46
Bah
En général, je n'ai pas de problème d'imagination pour écrire un article, mais là à l'instant précis je sèche. Il faut dire que je ne peux pas faire beaucoup de bruit en déplaçant les tiroirs de mon cerveau car ma femme et mon enfant dorment. La première fatiguée par la seconde, la seconde fatiguée par son biberon. Le biberon est donc déclaré vainqueur par KO!

Quand on parle du loup... Notre fille vient de se réveiller et la voilà qui joue à côté de moi sur son tapis de jeu. Quiqu'à l'intant précis où j'écris ces lignes, elle zieute la mane à linge qui doit enore être repassé. Je ne l'empêcherai pas de terminer la corvée si le coeur lui en dit (hum). Je suppose que le réveil de la maman ne va pas tarder, provoqué par les bruits de notre petite poupette!

Haut de la page

jeudi 16 octobre 2003 à 14h21
Ras la patate
Pour l'instant, j'en ai ras la patate de certains de mes collègues. Ils ont beaucoup de boulot, et du coup, ils deviennent agressifs. Même en les prenant avec des pincettes et des gants, ils remballent les gens quand ils viennent discuter avec eux pour le boulot. Par contre, quand eux ont besoin de quelque chose, évidemment, il faut leur répondre tout de suite. Pourtant, on est aussi surchargé qu'eux. Ce qui m'écoeure par dessus tout, c'est que certains de ces chieurs-qui-n'ont-pas-le-temps-parce-qu'ils-ont-trop-de-boulot ont le temps d'aller fumer et boire leur café pendant des dizaines de minutes par jour. Ben tiens.

Haut de la page

lundi 27 octobre 2003 à 10h24
Nauséabond
Je pénètre dans les toilettes de mon étage de bureau. Pouah, quelle odeur nauséabonde. Je me demande quel collègue peut produire en telle quantité ce fumet digne des lisiers les plus fétides. Je m'installe confortablement dans la toilette à côté de celle qu'il occupe. Je l'entend tirer la chasse. Il quitte le local en ligne droite, sans passer par les éviers. Finalement, je n'ai plus si envie de savoir qui il est. Une minute plus tard, quelqu'un d'autre vient prendre la place laissée libre à côté de moi. Pauvre de lui...

Haut de la page

mardi 28 octobre 2003 à 11h26
Mon jardin (5 et fin pour 2003)
Voilà voilà, la cloture est mise. Non sans mal, car la terre est particulièrement dure et sèche à partir de 20cm de profondeur. On était à pousser à grand peine à 4 sur la tarrière pour enfoncer la mèche dans le sol! C'était important de mettre la cloture, car notre fille devrait commencer tout doucement à marcher l'été prochain. Il vaut mieux limiter les risques d'accident... On a aussi commencer à planter quelques bulbes et arbustes. Peut-être qu'en novembre, on plantera un pommier. En fait, jardiner n'a jamais vraiment été un dada pour moi, mais je dois bien avouer que j'y prend goût petit à petit. Au moins quand je fais ça, je me change les idées tout en étant pas devant un écran (qu'il soit de télé ou de pc). C'est fou en tout cas la multitude de plantes qu'il existe. Ma pauvre petite mémoire a du mal à intégrer autant de données à la fois!

Haut de la page

mardi 28 octobre 2003 à 15h33
La petite reine
Hier soir, j'ai visionné pour la première fois 'Le vélo de Ghislain Lambert'. J'adore Benoit Poelvoorde, et j'adore le cyclisme, autant dire que c'était avec une certaine excitation que j'attendais ce moment. Pourtant, j'ai un avis mitigé sur le film. Sans doute que j'en attendais trop. Il brosse par contre une excellente peinture du milieu. D'ailleurs à force d'entendre que c'est à celui qui résiste le mieux au dopage qui a le plus de chance de gagner, ça commence à me lasser. Quand j'étais jeune et naïf, j'adulais ces champions. Maintenant, ils me font pitié. Et les accompagnateurs, je les déteste. Comment peut-on bousiller la santé de ces gens sans la moindre scrupule" Ont-ils tant à y gagner""" La plupart du temps, ce sont d'anciens coureurs. Je ne comprends pas comment ils osent enfoncer leurs successeurs dans le même vice. Les pires, ce sont les médecins, sans doute tous aussi ripous les uns que les autres. Ceux là se font des couilles en or pendant que leurs cobayes se font des couilles cancerreuses...

Haut de la page

mercredi 5 novembre 2003 à 11h37
http://www.scribouilles.net
Dorénavant, c'est sur scribouilles.net <http://www.scribouilles.net> que vous retrouverez la suite de ce journal intime. J'avais un autre blog ailleurs qui parlait de ma paternité. Je voulais regrouper les 2 en un point central. Voilà, c'est fait smile.gif

Haut de la page